La terre saigne depuis la nuit des temps

De grandes misères et de guerres souvent

Et pour chaque soldat qui rentre une femme attend.


Les hommes, les pires et les tout-puissants

Les pires bourreaux et même Adolf vivant

Avaient tous au moins une femme qui les aimait tant


Quand c'est pas une soeur, c'est une mère qui aime

Et quand c'est pas la mère, c'est l'épouse qui aime

Et quand c'est pas l'épouse, c'est une autre femme

Ou une maîtresse qui espère

Alors


Si c'est vrai qu'elles nous pardonnent tout

Si c'est vrai qu'elles nous aiment malgré tout

Si c'est vrai qu'elles donnent aux hommes le jour

Moi je dis, que le bon Dieu est une femme.


Nos mères paient depuis la nuit des temps

Depuis l'histoire de la pomme d'Adam

Elles portent les maux et les torts du monde tout leur vivant

Le ciel bénisse la femme qui aime encore

Un infidèle jusqu'à la mort

Faut être Dieu pour être trahie et aimer plus fort


Quand c'est pas une soeur, c'est une mère qui aime

Et quand c'est pas la mère, c'est l'épouse qui aime

Et quand c'est pas l'épouse, c'est une autre femme

Ou une maîtresse qui espère

Alors


Si c'est vrai qu'elles nous pardonnent tout

Si c'est vrai qu'elles nous aiment malgré tout

Si c'est vrai qu'elles donnent aux hommes le jour

Moi je dis, que le bon Dieu est une femme.


Si l'or du monde était dans la main d'une femme

On lui ferait la cour pour l'avoir

Imagine les hommes s'ils n'avaient qu'à chanter l'amour pour avoir


Si c'est vrai qu'elles nous pardonnent tout

Si c'est vrai qu'elles nous aiment malgré tout

Si c'est vrai qu'elles donnent aux hommes le jour

Moi je dis, que le bon Dieu est une femme.