tuportesmonnom


CAR TU PORTES MON NOM

Comment te dire ce que j’ai sur le cœur ?
À l’heure qu’il est je ne suis qu’une petite sœur
qui ne veut plus être baby sitter.
J’étais violente avant,
j’avais dans le ventre
de la rancœur à vendre,
j’étais jamais dans les rangs.
J’étais féline et solitaire en cachette,
solide et masculine de la tête aux baskets.
Vu que la famille ne tenait qu’à un coup de fil,
j’ai compris, j’ai pas tout dit,
mais j’ai repris ma routine.
J’me suis demandé à quoi bon vivre,
à quoi bon rester, j’ai cherché dans les livres
un peu de paix, un peu de respect.
J’ai attendu des heures près du téléphone,
je croyais mon père mort mais on l’a vu sur le globe,
alors, pas si facile d’être le fruit d’un fugitif,
Finirai-je par fuire moi aussi sans te donner la vie ?
Je le jure, mon enfant, tu verras le monde,
et tu seras l’amour car tu porteras mon nom.

Ni le ciel, ni les étoiles ne m’éloignent de toi
Je te donnerai un père et une voix, Je le jure
je serais là du berceau à la tombe,
Je serais le monde car tu porteras mon nom.

bis

Adolescente, je ne me voyais pas être femme,
Les adultes étaient lâches
face aux gosses de mon âge.
Toujours en quête de l’enfant parfait,
les mères enquêtaient sur leurs mômes
tandis que la mienne partait.
Trop souvent seule,
j’ai fini par comprendre
que l’argent était sa fin
et que sa fille était gourmande.
Alors ma mère,
je l’ai aimé secrètement,
maladroitement,
je l’aime démesurément.
Tout cet amour qu’on a gâché,
on le rattrape,
mais je n’aurais jamais assez d’une vie
pour lui rendre hommage.
Si je te parle de ma mère,
c’est que je n’ai qu’elle,
ta grand-mère est une reine,
et sa force je te lègue.
Souviens toi qu’elle est ton sang,
qu’elle est le pourquoi de ton cran,
qu’elle était grande,
et qu’il faudra qu’on lui ressemble.
Mon enfant, tu ne regretteras pas le monde,
et tu connaîtras l’amour
car tu porteras mon nom.

Ni le ciel, ni les étoiles ne m’éloignent de toi
Je te donnerai un père et une voix,
Je le jure, je serais là du berceau à la tombe,
Je serais le monde car tu porteras mon nom.

bis

J’ai grandi, je le sais,
je ne suis plus la même,
mon cœur si faible a retrouvé tous ses repères.
Je le jure,
je te donnerai tout ce que j’ai reçu,
mais sois sûr que je te dispenserai des blessures.
Je le jure,
je t’épargnerai les peines,
je serai toujours ton ciel dans la marelle.
Au fait, ton papa m’attend quelque part,
des fois, je crois le voir,
mais il ne te ressemble pas.
Je l’imagine père, je l’imagine mari ,
je l’imagine fier, je l’imagine fragile.
Je nous visualise à trois dans le parc,
toi sur la balançoire,
puis tous les trois dans le sable.
Je m’imagine mère,
je m’imagine bénie,
je m’imagine fière
d’avoir donné la vie.
On sera beaux, crois moi,
on sera bien dans ce monde,
avec le temps, on sera plein,
et vous porterez mon nom.

Ni le ciel, ni les étoiles ne m’éloignent de toi
Je te donnerai un père et une voix,
Je le jure, je serais là du berceau à la tombe,
Je serais le monde car tu porteras mon nom.
___________________________________________


Pour écouter
clique sur une pochette de disque
puis sur le titre de la chanson.
Si un message d'erreur apparaît
sur la page du real player,
rafraîchis la page du real palayer
en cliquant sur le bouton "actualiser"


Pour revenir à la liste des disques,
rafraîchis ta page
en cliquant sur le bouton "actualiser"
de ton explorateur